a

a

lieu croissance

Une rencontre

L’Arche a été fondée en France en 1964 par le Canadien Jean Vanier (1929-2019). Il proposa à deux hommes avec une déficience intellectuelle vivant dans un asile surpeuplé de venir habiter avec lui dans une petite maison du village de Trosly-Breuil au nord de Paris. Raphaël Simi, Philippe Seux et lui étaient loin d’imaginer le retentissement de cette première rencontre… Grâce à tous ceux qui le rejoignent, la petite communauté grandit vite, accueillant de nouvelles personnes avec une déficience intellectuelle et des jeunes venus du monde entier pour partager leurs vies.

Un rayonnement international

Il ne faut pas attendre longtemps pour que certains décident de créer de nouvelles communautés de L’Arche dans leur pays natal. C’est ainsi que la création d’un premier foyer à Daybreak (près de Toronto, Canada) implante les communautés de L’Arche en Amérique du Nord en 1969. Dès les années 70, le concept de L’Arche séduit des personnes en Inde, en Côte d’Ivoire et au Honduras.

Par cette expansion, L’Arche s’ouvre à des cultures, des langues, des situations et des origines sociales très différentes. D’abord nées dans la tradition catholique, les communautés de L’Arche deviennent rapidement œcuméniques voire interreligieuses, réunies autour des mêmes valeurs humaines. Ouvertes et engagées dans le monde, elles cherchent à être un signe d’espoir et de solidarité.

En 1971, Jean Vanier et Marie-Hélène Matthieu fondent le mouvement Foi et Lumière, réunissant des personnes avec une déficience intellectuelle, leurs parents et amis pour des temps de rencontre, d’amitié et de prière.
Les Katimavics sont également nés de l’Arche en 1972. Ce sont des journées de rencontre oecuménique auxquelles sont invitées personnes avec et sans handicap à vivre quelques jours ensemble dans le partage, le ressourcement et la fête. Le mot KATIMAVIC vient de la langue inuit et veut dire « lieu de rencontre ».

lieu croissance